François 1er, roi de chimères

« François 1er, roi de chimères » (Flammarion) 2014

Disponible le 24 septembre 2014.
 

Au XXIe siècle, François Ier apparaît comme le père de la Renaissance française, l’ami de Léonard de Vinci, le bâtisseur de Chambord et de Fontainebleau, le vainqueur de Marignan, l’allié de Soliman contre l’ennemi juré du royaume, Charles Quint.

Franck Ferrand - livre - François 1er, roi de chimères

Mais ces traits saillants ne sont-ils pas l’arbre qui cache une forêt bien plus complexe ? Dans cet essai biographique d’un genre nouveau, Franck Ferrand dépasse l’image d’Épinal et nous dépeint ce roi sous les traits d’un personnage moins brillant qu’on ne le prétend. Car le géant débonnaire a connu des triomphes mais aussi des défaites et ce jusqu’à la captivité. François Ier, héros tourmenté, subit la trahison de son cousin, adora sa sœur et détesta son héritier, frôla plusieurs fois la mort, multiplia les conquêtes amoureuses, vit mourir ses fils aimés. Un homme qui vécut entre une jeunesse de rêve et une vieillesse de cauchemar, torturé par une maladie atroce.

L’historien va plus loin : et si François Ier n’avait pas été un si bon roi ?

Louis XII disait de son successeur : « Ce gros garçon gâtera tout. » L’histoire, pour peu qu’on la regarde objectivement, semble lui avoir donné raison. Longtemps dominé par sa mère, manipulé par sa maîtresse, François se laissa aveugler par son amour de l’Italie et par sa haine de l’Empereur. Jouet des factions, facile à duper, le soi-disant « restaurateur des Lettres » instaura la censure et lutta contre l’imprimerie ; il finit même par allumer les bûchers d’où partiront les guerres de religion ! Sous une plume érudite et alerte, voici un portrait contrasté, doublé d’une analyse implacable.

Couverture : Joos Van Cleve, Portrait de François Ier, roi de France, huile sur bois, entre 1530 et 1535, Paris, Musée Carnavalet © Flammarion, 2014

commentaire 0

Notre semaine du 8 septembre

L'OMBRE D'UN DOUTELundi après-midi, dans le cadre somptueux des Grands Dépôts des Archives nationales, aura lieu la conférence de Presse de rentrée de notre rendez-vous télévisé, L’Ombre d’un Doute. Belle occasion pour le diffuseur, France 3 (représenté par sa directrice, Dana Hastier), pour le producteur, Jean-Pierre Cottet et pour moi de faire le point sur ce que nous vous préparons pour cette nouvelle saison.
Cette année, l’ODD devient une émission mensuelle, diffusée en « prime time » (à 20h40), le premier lundi de chaque mois. Les thèmes renouent avec l’esprit de la première saison (diffusée à l’époque en deuxième partie de soirée) : il s’agira d’enquêter, et de réunir des documents originaux nous permettant d’élucider les grandes énigmes de l’histoire en répondant à une question.
La première, pour l’émission du lundi 6 octobre, sera : « Napoléon a-t-il été trahi ? ». Nous y revivrons toute la chute de l’Aigle, de l’abdication de 1814 à celle de 1815. Les plateaux, plus nombreux, seront désormais tournés dans un décor unique, en l’occurrence le siège des Archives nationales ; j’y adopterai un ton plus direct et (me semble-t-il) plus impertinent – donc plus conforme à mon tempérament… C’est le déroulement d’une enquête, à quoi l’on assistera. Quant aux parties documentaires, tout en mettant l’accent sur les sources et les documents, elles feront une part plus grande aux reconstitutions et – chaque fois que possible – aux restitutions de décors en 3D.
Un aperçu des sujets abordées ?  Des portraits-vérité de souverains français (François Ier, Louis XV), de grandes affaires (Petiot, Dreyfus), des questions qui dérangent  (les artistes sous l’Occupation)… N’en disons pas trop pour le moment ! Vous avez compris, en tout cas, que l’investigation et le mystère seront au rendez-vous.
On me dit que vous êtes nombreux, très nombreux même, à répondre à notre rendez-vous de l’aube « Aujourd’hui dans l’Histoire », à 6h25 dans la Matinale de Thomas Sotto ; j’en suis très heureux – et vous comprendrez, j’espère, que je ne vous dévoile pas les sujets de la semaine à venir… A 14h, « Au cœur de l’histoire », nous évoquerons les secrets du Vatican (lundi, avec Serge Legat), les 70 ans du quotidien Le Parisien (mardi, en direct de la Rédaction de ce grand journal), le très mystérieux comte de Saint-Germain (mercredi, avec Evelyne Lever), l’histoire d’un cow-boy Français au Far-West (jeudi, avec Nicole Bacharan) et l’expédition de Shackleton en Antarctique (vendredi, avec Marc Menant). De bons moments en perspective !

Commentaires 2

Ouvrons l’agenda !

10614168_950971508261679_3259422394739870577_n (1)Cet été, à défaut d’avoir toujours été ensoleillé, vous a-t-il permis de faire des découvertes et de vous épanouir ? C’est ce que je souhaite à chacun, à chacune d’entre vous, du fond du cœur.


En cette veille de rentrée, laissez-moi vous proposer un nouveau rendez-vous dominical : plutôt que de raconter la semaine passée, je vous ouvrirai désormais mon agenda de la semaine à venir. Ainsi, vous saurez que demain, lundi 1er septembre, j’ai rendez-vous avec mon éditeur, chez Flammarion, pour relire les dernières épreuves de mon prochain livre, à paraître dans la deuxième quinzaine du mois : François Ier, roi de chimères. Un portrait-vérité, assez acide, de ce roi dont on s’apprête à célébrer le cinquième centenaire de l’avènement.


Vous saurez aussi que, toute la semaine, nous allons mettre au point, chez mon producteur, Io-Martange, les plateaux de présentation du premier numéro de « L’Ombre d’un Doute », diffusé le lundi 6 octobre prochain et qui aura pour thème : La chute de Napoléon. D’ores et déjà, je peux vous dire de Camille Ménager et Claire de Navarre ont fait un beau, un très beau travail. Pour nos plateaux, nous allons renouer avec nos bonnes habitudes, et tournerons au sein des Grands Dépôts des Archives nationales.


Que saurez-vous encore ? Que toute l’équipe d’Europe 1 sera, vendredi prochain, le 5, à Lille, ancienne gare saint-Sauveur, pour une édition spéciale de «Au cœur de l’histoire » en direct de la célèbre Braderie. Avant cela, nous aurons parlé d’Otto de Habsbourg, lundi, de sorcellerie, mardi, du cirque Barnum, mercredi, des Vikings, jeudi. Autant dire qu’il y en aura pour tous les goûts !


Demain dans la matinée, vous retrouverez ma tribune sur FigaroVox, consacrée cette semaine à la génération des Quadras nés à la fin des années 1960. Dès vendredi, nous reprendrons le rythme habituel.


Bonne semaine à tous ! Et à demain matin, dès 6h25, dans la Matinale de Thomas Sotto, pour notre nouveau rendez-vous « Aujourd’hui dans l’histoire » !

Commentaires 6

Europe 1 au cœur de la Braderie de Lille !

Carroussel-Club-Braderie

L’émission « Au cœur de l’Histoire » sera en direct de la Braderie de Lille le vendredi 5 septembre 2014 de 14h à 15h.


Les inscrit(e)s bénéficieront de places réservées pour l’émission et pourront réagir à l’actualité en studio (dans la limite des places disponibles).


—> INSCRIPTION <—

commentaire 0

Cet été, retrouvez les Origines du Futur !

photo

Tous les samedis de 11h à 12h30 sur Europe 1

Sous la houlette de Nicolas Carreau, dialogue croisé entre érudits passionnés : Franck Ferrand, Monsieur Histoire d’Europe 1 et Alain Cirou, Monsieur Sciences, parcourent quelques-unes des grandes avancées scientifiques.

Retrouvez toutes les émissions sur le site Europe1.fr

commentaire 0

Merci de votre fidélité et très bel été !

1397531_444550272314571_4793732213495274254_o
En cette veille de vacances, je voulais tous vous remercier pour votre fidélité.


Sur Europe 1, à partir de lundi, seront rediffusés les meilleurs numéros de notre rendez-vous quotidien « Au cœur de l’histoire », en attendant la reprise de l’émission en direct, même formule, même heure, le 25 août. Les lève-tôt pourront désormais suivre aussi, à 6h20 dans la Matinale de Thomas Sotto, mon éphéméride, du lundi au vendredi !


En attendant, pendant l’été, tous les samedis de 11h à 12h30, nous nous retrouverons, en compagnie de Nicolas Carreau et d’Alain Cirou pour une nouvelle émission historique et scientifique : « les origines du futur ».


Rendez-vous aussi sur France 3, le 1er lundi d’octobre, pour le premier numéro de « L’ombre d’un doute », Saison 4, consacré à la chute de Napoléon. L’émission, toujours diffusée à 20h40, devient mensuelle en 2014-2015 ! Enfin, outre nos rendez-vous dans les pages de Détours en histoire (le numéro 4 est actuellement en kiosques) et dans les colonnes de FigaroVox, je vous propose de nous retrouver en librairie, courant septembre, pour un essai historique autour de la figure de François Ier – dont je vous proposerai un portrait pour le moins différent… Voilà pour la Rentrée 2014 ! D’ici là, à tous, un très bel été !


Historiquement vôtre, Franck

commentaire 0

La semaine de Franck : Temps aboli.

IMG_4645
(Sur la photo : le dimanche 15 juin, avec Fabien Lecoeuvre et Gilles Livchitz, directeur de Phil@poste, lors de la remise du Trophée Marianne 2014, qui m’a été décerné dans la catégorie « radio », à l’issue du vote des clients de La Poste)


Mardi 24 juin.Combien d’entreprises au monde peuvent-elles se targuer d’exister depuis plus d’un millénaire ? Fort peu, sans doute. C’est pourtant le cas de la Monnaie de Paris qui, sous les croisées d’ogives de la salle des Gendarmes, à la Conciergerie, souffle aujourd’hui ses 1150 bougies ! A la demande de son président, Christophe Beaux, je raconte à l’assistance que l’acte de fondation du premier atelier parisien de frappe monétaire remonte bel et bien à 864 et au règne de Charles II, dit « le Chauve », roi de la Francie occidentale… L’actuel hôtel de la Monnaie, chef-d’œuvre néoclassique, ne date, quant à lui, que de 1775 ; il est actuellement en restauration et sera bientôt rouvert, pour que s’écrive un nouveau chapitre de cette longue histoire… Certaines institutions semblent nées pour défier le temps.


Mercredi 25 juin. L’ambassadeur de Pologne à Paris, S.E. Tomasx Orlowski, et son épouse Aleksandra sont des diplomates tels qu’on les aime : chaleureux, cultivés, spirituels, francophiles et pleins d’une infinité d’attentions. Les grands dîners qu’ils donnent en leur Résidence – l’ancien hôtel de Monaco – ont la splendeur requise et la chaleur attendue. Je suis heureux d’y croiser ce soir des amis qui sont aussi de grandes figures de la défense du Patrimoine, comme Roland de L’Espée et Bertrand du Vignaud. Entre un « Gaspacho à la polonaise » – entendez : aux betteraves – et un « Cheesecake estival », on y savoure les nouvelles de la Ville et de la Cour. Pour un peu, l’on pourrait croire le temps arrêté, l’Europe, en plein essor et notre culture, au sommet de son rayonnement…


Jeudi 26 juin. Comme il me l’avait promis, Alain Decaux reçoit chez lui les caméras de « L’Ombre d’un Doute », le temps d’un entretien exclusif. Cela me vaut la joie de me retrouver face au Maître et de lui poser des questions. Tandis qu’il répond avec sa malicieuse sagacité, j’observe dans les verres de ses lunettes le reflet des projecteurs, et cela me ramène il y a trente ans, il y a quarante ans peut-être, lorsque j’étais captivé devant mon poste de télé… Alain Decaux raconte, Alain Decaux « me » raconte son tout premier contact avec Sacha Guitry ; le temps et l’espace se seraient-ils dissous ?

Commentaires 6